Le meurtre de Sir Harry Oakes…

Le jeune Harry Oakes a grandi à Sangerville, Maine, USA où il rêvait de devenir un homme riche.

 Au début de la vingtaine, il a fréquenté l’école de médecine de Syracuse, mais malgré ses études, il est devenu fasciné par des histoires sur d’or dans le Klondike. Il a finalement décidé d’abandonner une carrière médicale et pour se lancer dans la prospection d’or.

Oakes avait vingt-trois ans quand il est parti pour un voyage mouvementé qui le vit d’abord s’aventurer au Klondike, être naufragé au large des côtes de l’Alaska, se retrouver prisonnier des Russes, naviguer vers l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Californie et faire face à la mort à deux reprises en se retrouvant presque gelé à mort en Alaska. C’est enfin, après s’être rendu à Kirkland Lake, en Ontario, qu’il a réussi à réaliser son rêve de trouver de l’or.

En 1918, Oakes a pris la décision d’exploiter une mine sous Kirkland Lake. Les mines Lake Shore d’Oakes à Kirkland Lake sont rapidement devenues l’un des plus gros producteurs d’or de l’hémisphère occidental, rapportant 60 000 $ par jour.

Bientôt, Oakes était l’homme le plus riche du Canada, mais c’était aussi un homme généreux avec sa nouvelle richesse. N’ayant ni oublié ses modestes débuts ni l’aide qu’il avait reçue, il a donné des parts de son exploitation minière à des amis et des membres de sa famille, ce qui les a rendus très riches.

Il vécut une vie de luxe, construisant un terrain de golf et son propre château avec une vue magnifique sur le lac Shore. Mais à jamais agité, Oakes a mis le cap sur une croisière mondiale où il a rencontré Eunice MacIntyre, une Australienne qui avait vingt ans de moins que lui. Le 30 juin 1923, le couple se maria à Sydney, en Australie. Ils eurent une union heureuse et cinq enfants.

Finalement, le couple s’est installé sur l’île de Nassau aux Bahamas à des fins fiscales. L’arrivée d’Oakes allait précipiter un boom économique pour la petite île alors que le millionnaire entreprenait de construire des hôtels particuliers, un hôtel et un country club. Malgré sa réputation d’être un négociateur coriace e Oakes était également connu pour sa générosité et ses manières philanthropiques. Il a non seulement initié des plans pour lutter contre la pauvreté sur l’île, mais a employé de nombreuses personnes. Il a même fourni une aile d’hôpital et des transports pour les habitants, dont beaucoup travaillaient pour lui. Pour ces raisons, la mort choquante et brutale d’Oakes allait être un coup dur pour de nombreux insulaires.

Le 8 juillet 1943, une tempête de pluie fait rage sur la petite île de Nassau aux Bahamas. C’était une nuit où Oakes était seul, sa famille étant partie en vacances.

Pendant la nuit, Harry Oakes a été brutalement tué dans sa chambre d’une manière qui suggérait soit un rituel sadique, soit des efforts pour cacher toute preuve du meurtre ou de l’activité des meurtriers. Harold Christie, un ami proche d’Oakes, qui avait dormi dans une chambre voisine, a été le premier à découvrir les restes à moitié calcinés.

Le cadavre avait été arrosé d’essence. Une partie de la pièce avait été brûlée.  Un paravent chinois laqué partiellement brûlé près du lit était couvert de sang et de traces de mains ensanglanté avec des empreintes digitales. Sur le lit,les plumes de l’oreiller d’Oakes dissimulaient son corps noirci et boursouflé de chaleur. Sur le visage et sa tête, se trouvaient quatre petites écorchures sur le côté gauche de son crâne.

Deux détectives américains ont été appelés afin d’aider les forces de l’ordre des Bahamas. Le soir du deuxième jour de l’enquête, 36 heures après la découverte du corps d’Oakes, ils avaient arrêté le gendre d’Oakes, le comte Alfred de Marigny. De Marigny s’était enfuie et avait épousé la fille d’Oakes Nancy à New York quelques temps auparavant.

Il a été renvoyé en jugement et une corde a été commandée pour sa pendaison. Cependant, il a été acquitté lors d’un procès qui a duré plusieurs semaines, après que les détectives ont été soupçonnés d’avoir fabriqué des preuves contre lui. Le principal élément de preuve était une de ses empreintes digitales, qui, selon le capitaine Barker, avait été trouvée sur le paravent chinois dans la chambre d’Oakes où le corps avait été retrouvé. Plus tard, on a découvert que l’empreinte avait été retirée du verre d’eau que de Marigny avait utilisé lors de son interrogatoire par les capitaines de police de Miami, et que de Marigny était en train d’être encadré.

Personne ne sait la raison de la présence des quatre étranges écorchues sur son crâne. Est-ce qu’il s’agissait de blessure post mortem ? Pourquoi avait-on pris le soin de brûler son corps ? Et pourquoi avoir tuer le bienfaiteur de l’île ?

Le meurtrier d’Oakes n’a jamais été retrouvé et il n’y a eu aucune autre enquête suite à l’acquittement du principal suspect.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :