Les plaques de plomb de Sinai

Les plaques de plomb de Sinaia sont un ensemble de plaques de plomb écrites dans une langue inconnue ou construite. Elles sont supposées être une chronique des Daces, mais sont considérées par certains savants comme des faux modernes. Les plaques ont été écrites en alphabet grec avec quelques signes supplémentaires.

Histoire

L’origine des plaques de plomb de Sinaia est obscure. La première mention connue d’elles date du XIXe siècle, quand les 200 plaques de plomb ont été découvertes dans l’entrepôt du Musée des Antiquités de Bucarest, en Roumanie. Sur les 200 pièces qui composaient à l’origine la collection de plaques, seules 35 sont connues aujourd’hui, mais il existe quelques photos de certaines des autres. Quand elles ont été découvertes, elles ont été ignorées et considérées comme des faux, car elles semblaient neuves, sans traces de corrosion. Elles n’ont pas été jugées assez précieuses pour être évacuées avec le reste du Trésor roumain en Russie en 1916, pendant la Première Guerre mondiale. Cependant, un regain d’intérêt pour les plaques parmi les non-savants a été manifesté plus d’un siècle plus tard, suite à la publication d’un rapport à leur sujet par l’ingénieur Dan Romalo en 2003.

Selon « une tradition orale », les plaques de plomb sont en fait des copies faites à la Fabrique de Clous de Sinaia en 1875 à partir des originaux, qui étaient prétendument en or, et elles ont été conservées pendant un certain temps au Monastère de Sinaia. Soit l’or a été utilisé dans la construction du Château de Peleș, soit les plaques faisaient partie du Trésor roumain qui n’a jamais été rendu par la Russie après la Première Guerre mondiale. Une analyse faite à l’Institut de Physique Atomique [ro] à Măgurele a conclu que la composition des plaques est très similaire à celle du plomb d’imprimerie fabriqué au XIXe siècle.

Description

La plupart des plaques sont à peu près rectangulaires, à l’exception d’une plaque ronde. Elles ont des dimensions comprises entre 93 mm × 98 mm et 354 mm × 255 mm. La plupart sont écrites en scriptio continua en alphabet grec, avec quelques signes supplémentaires ; le texte comprend le « V » de l’alphabet latin et des signes pour le « c » et le « g » palataux ressemblant à ceux de l’alphabet cyrillique. Elles comprennent également du texte écrit dans des écritures inconnues qui ne ressemblent à aucun alphabet écrit connu. En plus du texte, les plaques contiennent également de nombreuses illustrations complexes, représentant des armées, des rois, des villes, des temples et des bâtiments.

Langue

La langue semble avoir quelques traits indo-européens, mais elle n’a rien à voir avec ce que les linguistes attendent de la langue dace, car aucune corrélation avec le substrat de la langue roumaine ne peut être trouvée. De plus, contrairement à toute langue indo-européenne connue, elle semble avoir presque pas d’inflections, ni de déclinaisons.