Le Karnabo : un monstre légendaire des Ardennes

Le Karnabo est un être fantastique qui hante les ardoisières abandonnées de la région de Regniowez, sur le plateau de Rocroi, dans les Ardennes françaises. Il est né de l’union d’un bohémien un peu sorcier et d’une vieille goule. Il a une apparence presque humaine, mais avec des yeux jaunes de basilic, une peau sombre et rugueuse, et une trompe qui émet un sifflement strident. Les effluves qu’il exhale sont mortels pour ceux qui les respirent. Il aurait aussi le pouvoir de guérir les panaris, ces infections douloureuses des doigts.

Une légende terrifiante


Selon la légende, une jeune fille, dont la mère était gravement malade, décida de se rendre dans l’ardoisière où vivait le Karnabo, espérant qu’il pourrait la soigner. Sa grand-mère lui avait dit que seul ce monstre pouvait la guérir. La jeune fille chercha la cachette du Karnabo, quand elle entendit un sifflement au bord de l’eau. Il n’y avait aucun autre bruit, ni aucun animal aux alentours. Soudain, le Karnabo apparut et la jeune fille s’évanouit de peur. Le Karnabo l’emmena probablement dans sa demeure, pensant trouver de la compagnie. Depuis ce jour, personne ne l’a revue. Cependant, certains prétendent avoir entendu un terrible sifflement accompagné d’un gémissement humain lors des orages.

Une origine mystérieuse


L’origine du Karnabo est incertaine. Certains pensent qu’il s’agit d’une invention des ardoisiers pour effrayer les curieux et protéger leur métier. D’autres y voient une survivance du culte des divinités celtiques, comme le dieu Cernunnos, qui avait des attributs animaux. D’autres encore y reconnaissent une influence des contes orientaux, comme ceux des Mille et Une Nuits, où les djinns prennent souvent des formes monstrueuses. Quoi qu’il en soit, le Karnabo fait partie du patrimoine culturel et imaginaire des Ardennes, et il inspire encore aujourd’hui des artistes et des écrivains.