La malédiction du Garçon qui pleure…

Tout commença avec un peintre qui fit une série d’œuvres montrant un enfant qui pleure, mais il semblerait que certains de ces tableaux soient la proie de malédiction…

Bruno Amadio est un peintre du XXème siècle. Dans sa jeunesse, il subit les événements traumatisants et douloureux de la Seconde Guerre mondiale. Afin d’exorciser certain de ses souvenirs, il fit une série de tableaux, représentants des enfants, garçons et filles, en larme. Si au départ ils les produisaient lui-même, ils eurent tellement de succès qu’ils furent reproduits à des milliers d’exemplaires. De nombreux exemplaires furent diffusés dans les années soixante-dix et quatre-vingts.

Malheureusement, Bruno Amadio décéda en 1981, mais ses œuvres perdurèrent.
En septembre 1985 un couple anglais a eu sa maison entièrement détruite par les flammes. A l’époque, les causes de l’incendie n’avaient pas été identifiées et cela restera un mystère. Mais, parmi les décombres de la maison, on retrouva un exemplaire du Garçon qui pleure intacte.

Quelque temps plus tard, un pompier de l’Essex, raconta plusieurs histoires similaires au journal Le Sun. Des maisons entièrement détruites suite à des incendies inexpliqués et, à chaque fois, un exemplaire du Garçon qui pleure intacte parmi les restes calcinés de l’habitation.

Le journal publia un article sur le sujet et, rapidement, il reçut des dizaines de témoignage. Le journal proposa de rassembler les « tableaux maudits » afin de les brûler. Ce qui fut fait quelques temps après, la quantité des œuvres étaient tellement importantes qu’ils durent faire le feu à l’extérieur de la ville.
La légende raconte que le garçon qui avait servi de modèle était un orphelin. Ses parents étaient morts dans un incendie devant ses yeux. Les villageois pensaient qu’il portait malheur et le rejetèrent. Bruno Amadio l’aurait recueilli malgré les avertissements des villageois. L’atelier du peintre aurait pris feu sans explication. Finalement, le peintre se sépara de l’enfant. Celui-ci serait mort en 1976 d’un accident.

Si pour beaucoup de personne cette œuvre était maudite, d’autres ont émis l’hypothèse que le vernis utilisé sur cette œuvre était pratiquement impossible à faire brûler ce qui, de ce fait, expliquerait qu’à chaque fois le tableau était intacte… Mais toutefois il reste assez étonnant qu’autant d’incendie se soit déclaré sans que l’on ait eu d’explication sur les circonstances.

Il existe de nombreuses histoires de tableaux maudits. Pour certains, les émotions que le peintre et sensation que le peintre avait au moment de créer l’œuvre resteraient gravé dans son tableau. Ce qui expliquerait les sensations que l’on peut éprouver quand on regarde ses peintures. Peut-être que les horreurs dont a été témoins Bruno Amadio sont restées gravé dans ses tableaux…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :