L’étrange disque retrouvé en Italie…

Un étrange disque a été découvert dans la région de Trieste. L’artefact est en pierre et on peut voir gravé dessus ce qui ressemble à une carte stellaire…

Le Rupinpiccolo est une structure défensive entourée d’un mur massif de 3 à 7 mètres d’épaisseur, utilisée depuis 1800 av. J.-C. jusqu’à 400 av. J.-C. Il est considéré comme l’un des meilleurs exemples de châteaux bien conservés de la région karstique. Sur ce site historique, deux pierres ont été découvertes.

Les archéologues ont trouvé sur l’une de ces pierres d’étranges marques qui ont été sculpté sur la surface du disque. En tout, 29 marques ont été gravé d’un coté et 24 de l’autre.

On pense que cet artefact massif est plus qu’une simple structure ancienne. On pense qu’il s’agit d’une ancienne carte du ciel utilisée dans l’agriculture il y a plus de 3 000 ans.

Selon l’archéologue Federico Bernardini et l’astronome Paolo Molaro de l’Institut national italien d’astrophysique, ces marques ont probablement été créées avec un ciseau par un seul artisan.

Pour l’astronome Molaro a souligné que l’échelle, la précision statistique et l’orientation des marques soutiennent l’idée qu’il s’agit d’étoiles. Selon Molaro, l’utilisation d’étoiles brillantes comme points de repère dans l’agriculture était assez courante. Même au 8ème siècle av. J.-C. le poète grec Hésiode a décrit le lever héliaque d’étoiles telles qu’Orion et les Pléiades comme un aspect important de la plantation des cultures.

Les recherches de Bernardini et de ses collègues n’ont pas permis d’expliquer la mystérieuse 29e marque gravée à la surface du disque de pierre. Cette marque, trouvée à côté d’une image supposée de la constellation d’Orion, ne correspond à aucune étoile connue.

Certains chercheurs pensent que la 29ème marque pourrait être une supernova qui aurait disparu depuis.

Certaines personnes pourront y voir la présence d’anciens astronautes qui auraient gravé ce disque de pierre montrant la position de leur étoile.

Cet artefact est assez unique et les chercheurs continuent d’étudier quel était son but.