La lettre du Diable a finalement été déchiffrée

En 1676, une religieuse sicilienne nommée Maria Crocifissa della Concezione a affirmé qu’elle avait reçu une telle lettre du Prince des Ténèbres lui-même.

La Lettre du diable est une missive écrite en caractères incompréhensibles et a été conservée dans le monastère cloîtré de Palma di Montechiaro. Ce document serait une copie, tandis que l’original se trouve dans la tour de la cathédrale d’Agrigente. Selon la légende, sœur Maria Crocifissa della Concezione du couvent s’est réveillée après un évanouissement le 11 août 1676 pour retrouver son visage couvert d’encre. Sœur Maria et les nonnes croyaient que les lettres étaient un plan de Lucifer pour la convaincre de se détourner de Dieu.

L’étrange lettre du Diable…. – Mysterium Incognita (mysterium-incognita.com)

La lettre a été écrite dans un code mystérieux qui a déconcerté les chercheurs pendant des siècles, jusqu’à récemment, lorsqu’une équipe de chercheurs a utilisé un logiciel trouvé sur le dark web pour la déchiffrer. Qu’ont-ils trouvé ? Et qu’est-ce que cela nous dit sur la nonne, le diable et l’histoire de la cryptographie ?

Le 11 août 1676, elle est retrouvée inconsciente dans sa cellule, avec des taches d’encre sur les mains et le visage, et une lettre sur son bureau. La lettre était écrite dans un alphabet inconnu, composé de 14 symboles et de 500 lettres.

La lettre a été conservée dans les archives du couvent pendant des siècles, avec d’autres écrits et peintures de Maria Crocifissa. C’est l’une des nombreuses lettres codées qu’elle a produites au cours de sa vie, mais la seule qui a survécu. De nombreux érudits et cryptographes ont essayé de déchiffrer le code, mais aucun n’a réussi.

En 2017, un groupe de chercheurs du Ludum Science Center en Sicile a obtenu une copie de la lettre et a décidé d’essayer une nouvelle approche.

Ils ont utilisé un logiciel qu’ils ont trouvé sur le dark web, qu’ils pensaient être utilisé par les services de renseignement pour le décryptage. Le logiciel a utilisé l’intelligence artificielle et l’apprentissage profond pour comparer les symboles de la lettre avec différents alphabets et langues.

Les chercheurs ont amorcé le logiciel avec des alphabets grec ancien, arabe, latin et runique, ainsi que des symboles inventés. Ils lui ont ensuite donné le texte de la lettre et ont attendu les résultats.

À leur grande surprise, le logiciel a réussi à déchiffrer 15 lignes de la lettre, révélant un mélange de langues et de références.


Le texte déchiffré de la lettre révélait un message bizarre et incohérent, plein de blasphèmes et d’insultes contre Dieu, Jésus et le Saint-Esprit.

La lettre exprimait également des pensées philosophiques sur la nature humaine, le libre arbitre et le mal. Voici quelques extraits de la lettre :

– « Dieu pense qu’il peut libérer les mortels » – « Ce système ne fonctionne pour personne » – « Peut-être que maintenant, le Styx en est certain » – « La Sainte Trinité est un poids mort » – « Personne ne peut nous payer » – « Vous êtes tous des flammes » – « Vous êtes tous des feux » – « Vous brûlez tous »

Less chercheurs ont conclu que la lettre n’avait pas vraiment été écrite par le diable, mais par Maria Crocifissa elle-même.

Ils ont suggéré qu’elle avait une bonne maîtrise des langues, ce qui lui a permis d’inventer le code, et qu’elle souffrait peut-être d’une maladie mentale comme la schizophrénie ou le trouble bipolaire, ce qui lui a fait imaginer des dialogues avec le diable.

Ils ont également noté que certaines des phrases de la lettre étaient similaires à celles trouvées dans d’autres textes historiques, tels que Le Prince de Niccolò Machiavel ou La Cité de Dieu de Saint Augustin. Cela indiquait que Maria Crocifissa était cultivée et influencée par diverses sources.

Les chercheurs ont publié leurs résultats dans un article intitulé « The Devil’s Letter : A Cryptographic Mystery from 1676 ». Ils ont également reçu de nombreuses demandes de renseignements de la part de curieux et de sectes sataniques qui voulaient en savoir plus sur la lettre.