L’étrange histoire de la sirène des îles Kei…

Paranormal

Cette étrange histoire se déroule en 1943, en pleine Seconde Guerre Mondiale un détachement japonais aurait croisé une sirène…

Les îles Kei, aussi connues sous le nom d’îles Kai, sont situées dans la partie sud-est des îles Maluka en Indonésie. Taro Horiba était le sergent dans un détachement de soldats japonais qui ont débarqué sur la petite île de Kai en Indonésie en 1943, au plus fort de la Seconde Guerre mondiale. Presque immédiatement, les soldats ont commencé à l’informer sur d’étranges « gens de l’eau » qui se trouveraient près des côtes.

D’après les témoignages, ces créatures ont été décrites comme mesurant environ 1,50 m de hauteur et ayant une peau rose ainsi que des épines proéminentes sur la tête. Contrairement aux sirènes classiques, ces sirènes n’avaient pas de queue de poisson, mais plutôt deux bras et deux jambes. Leurs dents étaient petites, mais pointues comme des aiguilles.

Lorsque Horiba a interrogé les habitants sur ces créatures, on lui a dit qu’elles s’appelaient Orang Ikan, qu’elles étaient traduites du malais par des « peaux », et qu’il y en a beaucoup dans la région.

Un rapport a été raconté par un soldat surpris qui se souvient avoir vu une des créatures sur une plage un soir. Au début, le soldat avait cru que c’était un enfant jusqu’à ce qu’il se retourne. Il put voir au clair de lune que ses traits faciaux n’étaient pas tout à fait humains. La créature a rapidement couru vers la mer et se serait enfuit.

Un soir, le sergent de l’équipe de surveillance, un monsieur Taro Horiba, a été convoqué par le chef du village voisin.

Il a été annoncé à Horiba qu’un orang Ikan avait été retrouvé mort sur une plage plus tôt ce jour-là et que le corps était encore visible. Le sergent s’est rendu sur place. Horibe a décrit la créature morte comme étant d’environ 160 cm de long et possédant une tête de brun rouge-brun, de cheveux longs et de colonnes épines le long du cou. Il a expliqué que le visage était assez laid, avec des traits humains et des singes ; un nez bas, court, un front large et de petites oreilles. La bouche sans lèvres était large comme celle d’un poisson, spécifiquement décrite comme celle d’une carpe, et remplie de petites dents comme des aiguilles. Les doigts et les orteils de la créature étaient longs et palmés.

Horiba a longtemps regretté de ne pas avoir pris de photos de cette créature, et dans les années suivantes, a essayé à plusieurs reprises de convaincre les zoologistes de le croire.

S’agissait-il de créature similaire à des sirènes ? On ne le sera sans doute jamais, cette affaire reste encore aujourd’hui inexpliquée…