L’étrange histoire des soeurs Pollock…

', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { twitter: {via: ''}}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('twitter'); } }); jQuery('#facebook').sharrre({ share: { facebook: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons:{layout: 'box_count'}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('facebook'); } }); jQuery('#pinterest').sharrre({ share: { pinterest: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { pinterest: { description: 'L’étrange histoire des soeurs Pollock…',media: 'https://mysterium-incognita.com/wp-content/uploads/2021/06/gillian_and_jennifer_pollock.jpg' } }, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('pinterest'); } }); jQuery('#linkedin').sharrre({ share: { linkedin: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { linkedin: { description: 'L’étrange histoire des soeurs Pollock…',media: 'https://mysterium-incognita.com/wp-content/uploads/2021/06/gillian_and_jennifer_pollock.jpg' } }, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('linkedin'); } }); });

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Max Planc dit :

    Les psychologues rapportent de nombreux cas de récits, essentiellement d’enfants de 2 à 5 ans, relatant apparemment des événements d’autres vies que la leur.
    Un phénomène distinct, pour les spécialistes, des récits imaginaires typiques de l’âge tendre, et qui disparaît de lui-même vers l’âge de 9 ans – les enfants cessent alors d’exprimer ces « souvenirs ».
    D’où viennent-ils ?
    Sous quelle influence s’installent-ils dans la mémoire des petits ?
    Malgré des centaines de cas analysés, notamment dans les années 1960 par le psychiatre Ian Stevenson, de l’université de Virginie, le mystère reste entier.

    Max

  2. Max Planc dit :

    Je me souvient de ce reportage, c’est assez bluffant en effet.
    Les précisions données par Cameron sont très troublantes.
    Sans doute devrions nous réviser nos certitudes au sujet du cycle de la vie et de la mort, ce que les tibétains appellent la roue du samsāra (le cycle des réincarnations).

    Max

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Exit mobile version