L’étrange histoire d’Olivia Mabel…

C’est en février 1994 que les secours sont appelé au domicile d’Olivia Mabel, mais la découverte qu’ils ont fait est des plus incroyables…

C’est dans les années quatre-vingt-dix que la famille Mabel vit dans la banlieue de la ville de Celina dans l’état du Texas. Tout semble aller pour le mieux pour cette famille composé de la mère, du père et de leur fils Aiden. Malheureusement, un drame survient quand leur enfant âgé à l’époque de sept ans décède après s’être noyé dans un lac à proximité de leur domicile. 

Olivia sombre dans la dépression, quitte son travail, ses amis et, finalement, divorce de son mari un an après l’accident. 

C’est en septembre 1991 qu’Olivia est aperçu vivante pour la dernière fois. 

Le 27 février 1994 un appelle de secours silencieux est donné de la maison de la famille Mabel. Quand la police arrive sur place, la porte est fermée. Ils sont forcés de la forcer afin d’entrer. Une fois à l’intérieur, ils sont devant un spectacle assez incroyable.

La maison est en désordre et une épaisse couche de poussière recouvre le sol et les meubles, tout semble avoir été abandonné depuis très longtemps. En parcourant les pièces de la maison, ils découvrirent la chambre à coucher du fils.

Celle-ci était parfaitement entretenue. Sur un fauteuil à bascule, se trouvait Olivia en chemise de nuit tenant dans ses bras une sorte de poupée. Devant elle, on pouvait voir une sorte d’autel constitué d’un coffre, sur lequel était posé un drap d’enfant. Dessus une urne contenant des cendres, sans aucun doute celle de son fils, et une note sur une feuille. Le texte qui était dessus était écrit en sanscrit, une langue indienne. On pouvait lire, « Construire ». La mère était malheureusement morte depuis plusieurs mois.

En fouillant la maison, ils découvrirent une lettre avec écrit dessus :

“My Aiden, I’m sorry. I’m so sorry. I should have never let it get like this. I’m leaving. I will not let you keep me you ViLE, EViL CREATURE. Mommy’s coming for you, Aiden, my sweet Aiden. Mommy loves you.”

« Mon Aiden, je suis désolée. Je suis vraiment désolée. Je n’aurais jamais dû laisser ça devenir comme ça. Je pars. Je ne vous laisserai pas me garder vous, démon créature démoniaque. Maman vient pour toi, Aiden, mon doux Aiden. Maman t’aime. »  

La date datait du 27, mais elle était décédé bien avant. Des experts ont bien identifié l’écriture de la mère. Plusieurs des officiers de police ont senti une « présence » dans la maison et ont demandé des explications à des experts paranormaux. Francesca Santiago, dont l’oncle aimait « des choses occultes, très sombres », a été l’un des premiers policiers sur la scène. Pour elle, l’autel suggérait qu’Olivia avait manifesté un Tulpa, ou «forme de pensée». Un Tulsa est une entité spirituel créé par la force de la volonté de son invocateur et qui doit se manifester dans le monde physique. Comme si la mère avait cherché à faire revivre son enfant à travers la poupée, ou invoquer un esprit pour lui tenir compagnie.

D’autres experts dans le paranormal sont venus et on ressentit des forces très puissantes dans la maison. 

Personne ne sait vraiment ce qui s’est passé, qui a appelé la police et pourquoi la lettre avait été poste daté. On ne sait pas non plus de quoi est mort Olivia. L’esprit qu’elle a fait venir hante-t-il toujours la maison? Est-ce lui qui a tuer la mère ? Autant de questions qui n’auront probablement pas de réponse…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :