L’école d’Ellerbe Road…

', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { twitter: {via: ''}}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('twitter'); } }); jQuery('#facebook').sharrre({ share: { facebook: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons:{layout: 'box_count'}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('facebook'); } }); jQuery('#pinterest').sharrre({ share: { pinterest: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { pinterest: { description: 'L’école d’Ellerbe Road…',media: 'https://mysterium-incognita.com/wp-content/uploads/2019/07/pexels-photo-2590621.jpeg' } }, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('pinterest'); } }); jQuery('#linkedin').sharrre({ share: { linkedin: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { linkedin: { description: 'L’école d’Ellerbe Road…',media: 'https://mysterium-incognita.com/wp-content/uploads/2019/07/pexels-photo-2590621.jpeg' } }, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('linkedin'); } }); });

En 1957, une nouvelle école primaire a ouvert ses portes près de Shreveport, en Louisiane, au bout d’Ellerbe Road. 

École ultramoderne à l’époque, elle a été baptisée George Washington Carver Primary School.

Bien que ce soit un bel édifice à l’époque et qu’il dispose d’équipements très modernes, George Washington Carver est situé loin des zones les plus peuplées de Shreveport et il a du mal à attirer un plus grand nombre d’étudiants. En 1973, l’école ferme faute d’étudiant.

Peut-être en raison de la situation isolée de l’édifice (il était plus proche du lac Caspiana que de Shreveport), le campus a de nouveau eu du mal à attirer les étudiants.

Mais l’histoire de ce lieu est terriblement étrange.

Moins d’une décennie plus tard, des rumeurs lié à la  fermeture de l’école ont fait leur apparition. L’édifice abandonné portait les signes d’un incendie dans ce qui était autrefois le gymnase et l’auditorium de l’école primaire, et les rumeurs locales allaient bientôt apporter une réponse.

Selon les rumeurs, au cours des dernières années de l’école primaire, le concierge Quinton Gimple a commencé à abuser des enfants qui y suivaient les cours. Finalement, des élèves ont disparu et les autorités se sont mises à chercher le coupable.

Inquiet de perdre d’autres élèves potentiels alors que des parents effrayés retiraient leurs enfants en masse, le conseil scolaire de la paroisse de Caddo a essayé de dissimuler les incidents pendant que les autorités recherchaient tranquillement le ravisseur.

Le concierge est devenu instable mentalement, car il sentait la corde de la justice se resserrer autour de son cou, jusqu’au jour où il a pris plusieurs des enfants qu’il avait enlevés, les a placés dans l’auditorium et a mis le feu à l’endroit. On n’a plus jamais entendu parler de lui et on pense qu’il a brûlé avec les enfants.

Les élèves ont commencé à être effrayés ou gravement déprimés alors qu’ils suivaient des cours à l’école primaire George Washington Carver. Ils ont dit à leurs parents qu’ils pouvaient entendre des bruits étranges ou des rires inquiétants.

Finalement, les parents ont commencé à envoyer leurs enfants à l’école dans d’autres endroits de la paroisse, et le nombre d’élèves qui y allaient a chuté de façon spectaculaire.

En 1981, Baptist Tabernacle a loué la vieille école comme campus satellite de l’Université baptiste de Louisiane (ou Baptist Christian College, comme on l’appelait alors), un lieu où les ministres baptistes à plein temps pouvaient obtenir des diplômes de théologie sans quitter leur pastorat.

Même les prières ou les psaumes des saints hommes qui y suivaient des cours ne purent calmer les esprits agités, et le Tabernacle Baptiste déménagea quatre ans plus tard. La petite école de la rue Ellerbe est restée fermée après cela, avec seulement ses fantômes pour parcourir les couloirs.

Il y a également un château d’eau sur la propriété et ceux qui montent l’échelle rouillée peuvent voir leur reflet le jour de leur mort.

Des histoires persistent d’enfants fantômes qui assistent encore aux cours, certains auraient entendu les cloches de l’école, des enfants criant de douleur ou pleurant pour leur mère et des rires fous et maniaques tout en explorant la vieille structure en ruine, et certaines personnes ont rapporté avoir ressenti une présence les regardant en permanence ou avoir été touchées par des mains invisibles…

', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { twitter: {via: ''}}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('twitter'); } }); jQuery('#facebook-footer').sharrre({ share: { facebook: true }, template: '', enableHover: false, enableTracking: true, buttons:{layout: 'box_count'}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('facebook'); } }); });

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile