L’étrange mort d’Isidore Fink…

Isidore Fink était un blanchisseur, il aurait été assassiné sans que personne ne sache qui était le tueur et comment le meurtre avait été commis…

Le soir du 9 mars 1929, à 10 h 30, Mme Locklan Smith entendit des cris provenant du bâtiment voisin, une blanchisserie situé au 4 East 132nd Street à New York. Elle a immédiatement appelé la police, qui a fouillé les lieux  jusqu’à ce qu’ils trouvent une petite pièce bien verrouillée à l’arrière. Incapables d’entrer en forçant les serrures, les policiers ont finalement réussi à y accéder en soulevant un petit garçon et en le faisant s’introduire par une petite fenêtre restée ouverte.Il déverrouilla ensuite les verrous de la porte de l’intérieur. 

Dans la pièce gisait le corps du propriétaire de la blanchisserie, Isidore Fink, qui avait reçu une balle dans la poitrine et une autre dans la main gauche. Des brûlures de poudre ont indiqué que l’arme avait été tirée à bout portant, et pourtant aucune arme n’a été trouvée dans la pièce. Tout laissait pourtant penser à un suicide si ce n’est que l’arme n’était pas là…

L’enquête montra qu’Isidore ne s’était pas suicidé, il avait été assassiné, bien que de l’argent dans le coffre-fort et dans la poche de la veste de Fink laissait entendre que le vol n’était pas le motif.

Au début, la police pensait que le meurtrier avait dû s’échapper par la fenêtre car Isidore verrouillait toujours les portes de l’intérieur en toute sécurité lorsqu’il travaillait seul la nuit. Mais non seulement la fenêtre aurait été trop petite ou difficile à franchir (à moins que le meurtrier n’ait été un nain ou un petit enfant), elle n’expliquait pas non plus pourquoi le meurtrier n’avait pas simplement ouvert la porte et franchi celle-ci à la place…

D’autres ont suggéré que Fink avait été abattu par la fenêtre, mais des tests ont montré que les brûlures de poudre ne seraient visibles que si l’arme avait tiré à une distance de quelques centimètres. Par conséquent, , il devrait se prononcer de la sorte aussi Aucun autre indice n’a jamais été trouvé et, deux ans après la mort de l’infortuné M. Fink, le commissaire de police de New York, Edward P. Mulrooney, a été contraint de déclarer que l’incident était un «mystère insoluble».

  2 comments for “L’étrange mort d’Isidore Fink…

  1. Reips
    23 octobre 2019 à 20 08 16 101610

    Et s’il avait été tué à bout portant par la fenêtre restée ouverte par la suite ? Il a pu converser avec l’assassin qui aurait sorti son arme pour quelque conflit, tenté de repousser le canon avec sa main gauche avant que le coup ne parte à travers droit au coeur. Il manque de nombreuses informations comme la localisation des résidus de poudre, la position des traces de sang, etc…

    J'aime

    • 23 octobre 2019 à 20 08 39 103910

      Il y avait de la poudre sur le corps montrant que le coup était portant, j’avais oublié de le mentionné. Seul un enfant pouvait franchir la fenêtre mais le corps était éloigné du corps.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :