La curieuse photo d’un fantôme sur une chaine électrique…

', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { twitter: {via: ''}}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('twitter'); } }); jQuery('#facebook').sharrre({ share: { facebook: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons:{layout: 'box_count'}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('facebook'); } }); jQuery('#pinterest').sharrre({ share: { pinterest: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { pinterest: { description: 'La curieuse photo d’un fantôme sur une chaine électrique…',media: 'https://mysterium-incognita.com/wp-content/uploads/2021/09/electricchair.jpg' } }, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('pinterest'); } }); jQuery('#linkedin').sharrre({ share: { linkedin: true }, template: '
', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { linkedin: { description: 'La curieuse photo d’un fantôme sur une chaine électrique…',media: 'https://mysterium-incognita.com/wp-content/uploads/2021/09/electricchair.jpg' } }, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('linkedin'); } }); });

En 1983, en prenant la photo de son neveu, Karen Collett n’imaginait pas que derrière lui se trouverait ce qui semble être un fantôme…

En 1983, Karen se rend avec son neveu à Londres. Alors qu’elle voyageait sur la ligne Bakerloo du métro londonien, son jeune neveu lui a demandé de prendre une photo de lui. Elle prit le cliché et n’y pensa plus vraiment. Plusieurs mois plus tard, elle développa la pellicule. Quand elle regarda la photo elle découvrir quelque chose d’étrange.

Juste derrière l’enfant, se trouvait l’image d’un homme sur une chaise électrique, avec des petits éclairs bleus qui sortaient de ses doigts. De toute évidence, ni Karen ni sa famille ne se souviennent avoir vu l’image à l’intérieur ou à l’extérieur de la rame de métro. L’image a été prise en mouvement, et ils ne pouvaient pas expliquer comment l’image était arrivée là. Pour tenter de percer le mystère, la photo et les négatifs ont été envoyés à plusieurs personnes différentes pour analyse.

L’image sur la photo était une réplique exacte d’une exposition dans la chambre des horreurs de Madame Tussaud, située dans le musée de cire de Londres. L’homme représenté dans cette exposition est Bruno Hauptmann. Hauptmann a été reconnu coupable de l’enlèvement et de la mort du bébé Lindberg. Hauptmann a été condamné à mort pour ces crimes présumés et a été électrocuté sur la chaise électrique le 3 avril 1936 à Trenton, dans le New Jersey.

La question est de savoir pourquoi on voit cette forme en arrière-plan. L’appareil photo n’était pas de très bonne qualité et les experts ne pensent pas qu’il s’agissait d’une supercherie. L’hypothèse la plus probable serait sans doute une double exposition. Une autre possibilité pourrait être une publicité en arrière-plan.

L’image est troublante, mais difficile de croire que le fantôme de Hauptmann serait apparu dans le métro londonnien…

', enableHover: false, enableTracking: true, buttons: { twitter: {via: ''}}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('twitter'); } }); jQuery('#facebook-footer').sharrre({ share: { facebook: true }, template: '', enableHover: false, enableTracking: true, buttons:{layout: 'box_count'}, click: function(api, options){ api.simulateClick(); api.openPopup('facebook'); } }); });

You may also like...

1 Response

  1. Max Planc dit :

    Karen a « insisté » sur le fait que la photo avait été prise alors que le groupe se trouvait sous terre, se déplaçant beaucoup trop vite pour pouvoir photographier clairement tout ce qui aurait pu passer à l’extérieur du train.
    Elle a été si alarmée par la photo qu’elle a prise qu’elle a envoyé l’image à Maurice Grosse, un enquêteur paranormal chevronné, qui est devenu l’un des plus célèbres chasseurs de fantômes au monde après avoir enquêté sur le cas du Poltergeist d’Enfield.

    Intrigué par cette image fantomatique, Grosse s’est mis au travail et a effectué un certain nombre de tests non seulement sur la photo, mais aussi sur le négatif, et ce qu’il a découvert l’a choqué.
    Il s’avère que l’appareil photo de Karen était de mauvaise qualité, tellement mauvais qu’il aurait été impossible de superposer quoi que ce soit sur les négatifs.
    L’homme sur la chaise électrique était réel, mais qui était-il, et pourquoi figurait-il sur la photo d’un touriste ?
    Lorsqu’on a demandé à Madame Tussaud s’il y avait du matériel promotionnel, elle n’a pas seulement nié avoir des panneaux d’affichage près du train, elle a aussi nié avoir fait du matériel promotionnel pour la sculpture.
    Grosse a gardé l’esprit ouvert au sujet de la photographie et l’image a été envoyée pour être analysée par des professionnels, mais aucune explication de l’apparition de Bruno Hauptman n’a été trouvée.

    Toutes les informations disponibles à l’heure actuelle sur cette affaire datent clairement de plusieurs années après que la photo a été prise ; plus précisément, une émission de la BBC de 2005 intitulée « Ghosts on the Underground », qui comprenait des entretiens avec Maurice Grosse, Robert Cox et Karen Collett sur cette étrange affaire.
    Cette émission a été réalisée vingt-deux ans après les faits.
    TF1 a également consacré une émission sur le sujet dans « Les 30 Histoires les Plus Mystérieuses » en Mars 2011.
    La question est donc la suivante : quand quelqu’un a-t-il découvert la ressemblance entre la photo et le personnage de cire, puis demandé à Madame Tussaud si une publicité avait existé ?

    J’ai pensé qu’il s’agissait bien d’une photo publicitaire placardée dans le tunnel du métro et qui avait été enlevée par la suite par une tierce personne.
    Les éclairs des mains attestent d’un rajout graphique, de plus on ne voit ni le haut de l’affiche ni le bas ou devrait être le texte et la photo est parfaitement cadrée par rapport à l’encadrement de la fenêtre.
    La faible portée du flash et la proximité du mur du métro expliqueraient pourquoi l’affiche est nette mais peu éclairée.
    De même il n’était pas impossible que le métro ait été à faible allure au moment de la prise de vue contrairement à ce qu’avait indiqué avec insistance Karen dans son témoignage.
    Mais pourquoi envoyer l’image à Maurice Grosse, enquêteur paranormal « chevronné », et d’où le connaissait elle ?

    Mais attendez la suite, j’ai plus intéressant !

    Karen nous dit qu’elle voyageait sur la ligne Bakerloo du métro londonien.
    La Bakerloo line est une ligne du métro de Londres, reliant Harrow & Wealdstone au nord-ouest à Elephant & Castle au sud-est.
    La ligne est actuellement exploitée avec des rames de type « 1972 Stock ».
    Le 1972 Stock est un type de rame produit entre 1972 et 1974 par Metro-Cammell utilisé actuellement sur la Bakerloo line du métro de Londres.

    C’est le plus ancien matériel encore en service du métro de Londres.

    Sur ce site vous trouverez les photos de la première rame 1972 Stock et la première chose qui saute aux yeux sur l’intérieur des rames est que les fenêtres sont complètement différentes de celles sur la photo prise par Karen.

    https://underlondonman.wordpress.com/2015/02/23/disused-train-stock-at-hainault-depot/

    En cherchant d’autres images de « 1972 stock » sur Google je me suis aperçu qu’aucune fenêtre ne correspondait à celle de la photo de Karen.

    Une dernière hypothèse m’est donc venue à l’esprit:
    Les montants que nous voyons sur la photo de Karen pourraient être ceux d’un cadre judicieusement posé sur la vitre de la fenêtre avec une affiche à l’intérieur.
    Il suffit ensuite de prendre une photo, la faire développer et médiatiser l’affaire pour avoir son heure de gloire.
    N’oublions pas que nous sommes avec une pellicule argentique, le développement prend un certain temps et c’est largement suffisant pour faire disparaitre toutes les preuves de la supercherie.

    Sans doute un jour connaitra-t-on la vérité.

    Max

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile